Rechercher
  • Solutions Seniors Habitats

Quel budget pour se maintenir à domicile et vieillir chez soi ?

Vous souhaitez réaménager votre logement pour faire face au vieillissement mais vous vous questionnez sur le budget nécessaire et les aides dont vous pouvez bénéficier ? Retrouvez la réponse à vos questions dans cet article !


Selon un sondage IFOP de 2019, 85% des seniors estiment que vivre le plus longtemps possible à son domicile est synonyme de bien vieillir. Mais à quel prix ?



Le Budget augmente avec l'âge


En effet, plus nous vieillissons, plus le budget augmente, et ce, de manière significative.

En moyenne, il faut 1 053€ par mois (soit 12 641€ par an) pour permettre à une personne âgée de vieillir sereinement à domicile.


A chaque âge ses besoins. Ainsi, les 65-75 ans dépensent le plus en frais de santé et en déplacement (vie sociale, famille…). Les 75-85 ans dépensent également le plus en terme de frais de santé, mais également pour les services à domicile et service d'aide à la personne.

A partir de l'âge de 85 ans, le premier poste de dépense est le service d'aide à la personne et les soins médicaux. On y retrouve les aides au ménage/au repas, la téléassistance ou encore la garde de nuit. Se rajoute à ça, les dépenses d'adaptation et de réaménagement du domicile.


Quelles sont les aides financières dont vous pouvez bénéficier ?


Plusieurs aides financières existent afin de vous aider à vous maintenir à domicile. Toutefois, nous rappelons qu'il est important d'anticiper une éventuelle perte d'autonomie, afin d'être bien équipé si le jour J venait à arriver.

  • L’APA (Allocation Personnalisée d’Autonomie) est destinée aux personne âgées de 60 ans et plus étant en perte d'autonomie. Son montant dépend des revenus de la personne et de son niveau de dépendance. Pour rappel, c'est une équipe médico-sociale du département ou vous résidez qui vous octroi un niveau allant de GIR 1 à 4. Cette aide prend en compte les services à domicile, l'achat d'équipements médicaux de type fauteuils roulant mais aussi, et non des moindres, la réalisation de travaux d'adaptation de son domicile.


  • La PCH (Prestation de Compensation du Handicap) est une aide versée par votre département, et ce, sans conditions de ressource. Toutefois, le montant varie en fonction de vos revenus. Cette aide est destinée aux personnes de moins de 60 ans, touchées par un handicap diminuant leur autonomie. Grâce à cette aide vous pouvez faire appel à un service d'aide à domicile, faire des achats de matériel médical et faire réaménager votre logement (le montant va de 50% à 100% des travaux dans la limite de 10 000€ par période de 10 ans)


  • Le crédit d'impôt : Pour en bénéficier, il faut avoir réalisé des travaux d'adaptabilité de son logement. Le montant s'élève à 25% de la facture. Il est valable pour l'installation d'une douche senior sécurisée ou d'un monte-escalier. Les dépenses relatives à des services d’aide à la personne sont quant à elles éligibles à un crédit d’impôt de 50 %.


  • L'Anah (Agence Nationale de l'Habitat) prévoit des aides pour l'aménagement de son domicile. Elles concernent les travaux d'amélioration et d'adaptation du logement liés à la perte d'autonomie et au vieillissement. Toutefois, certaines conditions sont à respecter : le logement doit être construit il y a plus de 15 ans et vos ressources ne doivent pas dépasser une certaine somme. Le montant de l'aide peut aller de 35% à 50% du coût total de travaux (dans la limite de 20 000€ HT).


  • L'aide Action logement offre jusqu'à 5 000€ d'aide pour l'aménagement de votre salle de bain et l'installation d'une douche sécurisée. Cette aide s'adresse aux retraités de plus de 70 ans et dépend de vos revenus.


  • Les collectivités et caisses de retraite peuvent également vous venir en aide pour financer vos dépenses liées à votre autonomie, votre santé ou à l'adaptation de votre logement. Par exemple, la CNAV (Caisse Nationale d'Assurance Vieillesse) à mis en place l'aide habitat. Pour plus de renseignements à ce sujet, contactez le CCAS (Centre Communal d'Action Sociale) ou le CLIC (Centre Local d'Information et de Coordination Gérontologique) de votre secteur.


  • Vous pouvez souscrire une assurance dépendance (à souscrire le plus tôt possible) qui vous permettra de garantir le versement d'un capital ou d'une rente en cas de perte d'autonomie.


  • Choisissez bien les clauses de votre mutuel senior afin de vous assurer de la couverture du recours aux médecins spécialistes, des dépassement d'honoraire, pédicure, cure thermale ainsi que des services d'aide à la personne. Au même titre que l'assurance dépendance, il est conseillé de ne pas attendre pour adhérer à une mutuelle senior car certaines complémentaires santé (à la différence de la plupart des mutuelles) fixent des limites d'âge ainsi qu’un délai de carence.


En espérant vous avoir éclairé, n'hésitez pas à jeter un coup d'œil à notre site !